mardi 1 juin 2010

Chronique 23 : Culture et consommation - le projet Minhocao

A vrai rien d'académique dans cet idée de faire d'un lieu qui nous est cher à Sao Paulo, l'elevado appelé aussi minhocaõ, une sorte de musée virtuel d'un street art qui fleurit sur les piles de ce viaduc à quatre voies qui traverse le coeur de la ville. Juste une sorte de hobby, une collection d'art, une exploration urbaine.

Mais au travers de cette aventure découvrir comment la culture peut naitre dans le rapport permanent de l'objet à la société. Cette construction sans beauté, qui rase les immeubles et a rendu les nuits insupportables aux riverains, se fait le berceau d'un art de la rue particulier par un processus d'appropriation : les graffiteurs s'approprie le pont comme espace d'expression. En changeant le paysage urbain il apporte une couleurs spécifiques dans laquelle certains habitants peuvent se retrouvés, et justement quelques uns vidéastes où bloggueurs, de plus nombreux les photographes, s'intéressent à l'objet, un objet augmenté, un objet qui parle, les tags et graphitti donnent littéralement une parole au mur, qui est entendu, cadrée, reproduite diffusée tant et si bien que les journaliste s'y interessent à leur tour, et que le bruissement médiatique renforce l'identité de ses habitants.

Ce processus est sans doute universel, il mérite d'être précisé. Il fait aussi apparaitre deux choses intéressantes : c'est le regard qui fait l'art,

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire